Église protestante évangélique de Caluire
Église protestante évangélique de Caluire

Pour une méditation quotidienne

Calendrier

En cliquant sur l'image ci-dessus vous découvrirez la méditation quotidienne du calendrier " La Bonne Semence"; l'occasion de réfléchir à partir de quelques versets de la Bible.

La Bible, Parole de Dieu

La Bible existe aujourd’hui en plusieurs langues et plusieurs formats. Elle se présente, depuis ses origines, comme Parole de Dieu. Elle commence ses écrits par « Dieu créa » (livre de la Genèse chapitre 1) et le personnage clé de la Bible est Jésus-Christ le Fils de Dieu.
Il n’apparaît pas d’emblée sous ce nom au début du récit biblique mais est présent dans toute la Bible : quand Dieu demande à Abraham d’offrir son fils Isaac en sacrifice cette demande préfigure le sacrifice de notre Seigneur pour tous les hommes qui le reçoivent personnellement. Lorsqu’Abraham lève la main sur son fils pour l’offrir Dieu arrête la main d’Abraham. Mais le Fils de Dieu a été réellement sacrifié pour nous et à notre place !
 Plus tard, de nombreuses allusions lui sont faites et le chapitre 53 du prophète Esaïe donne des détails sur sa Personne. Dans le Nouveau Testament, évangile de Jean chapitre 1 (prenez le temps de lire les versets 1 à 18), il est question de Jésus-Christ dans « la véritable lumière qui éclaire tout homme… » (verset 9).
Du fait qu’elle est la Parole de Jésus-Christ, la Bible ne se contredit jamais. On trouve bien par-ci par-là, des faits ou des mesures qui diffèrent d’un écrit à l’autre, selon le témoin de l’évènement rapporté, mais sans que ces différences ne changent le sens du texte. Le message transmis est conforme dans tous les cas à ce que Dieu a voulu que l’homme sache de ses intentions et de ses méthodes.
Quelle attitude devrions-nous avoir face à la Parole de Dieu ?

a) La considérer avec le plus grand respect et la méditer tous les jours selon un programme de lecture que l’on aura défini au préalable de façon à la lire entièrement en un an ou deux. La meilleure méthode semble être de lire en parallèle l’Ancien et le Nouveau Testament : deux chapitres de l’Ancien pour un chapitre du Nouveau ou un chapitre de l’Ancien pour deux du Nouveau, ou toute autre combinaison.
b) S’y conformer chaque fois que nous avons une décision à prendre, un comportement à adopter.
c) Ne jamais remplacer les principes de la Parole de Dieu par nos propres pensées, même si elles nous semblent plus raisonnables. Selon ce que nous recommande le Seigneur dans l’épitre aux Romains, chapitre 12 verset 2 : « soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence ». 

 

d) Il est en effet impossible de prétendre au salut et au Paradis en s’appuyant sur sa conduite, même si elle nous semble irré-prochable.
e) Il est nécessaire d’accepter le regard de Jésus-Christ sur notre vie - épitre aux Romains chapitre 3 versets 10 – 11 : « il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu, tous sont égarés tous sont pervertis. Il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul », puis, de croire en Lui. 

 

Que signifie « croire en lui » ?
Évangile de Jean chapitre 6 verset 47 : « je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle ». Croire en Lui, c’est accepter ce qu’Il dit sur nous, nous repentir de nos péchés (c’est-à-dire regretter profondément d’avoir pratiqué le péché) et croire qu’Il a payé notre condamnation pour que nous puissions être acceptés par Dieu dans son Paradis. Sur la base de cette déclaration de Jésus Christ Il efface alors nos péchés et nous donne la force de les abandonner.
Et si nous péchons encore après avoir fait cette démarche, Jésus est prêt à nous pardonner autant de fois qu’il le faudra pourvu que nous soyons sincères et recherchions à abandonner nos péchés. 1ère épitre de Jean chapitre 2 verset 1 : « Mes petits enfants, je vous ai écrit ces choses afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. ».
Si nous avons déjà fait ce choix : nous accepter pécheur et croire qu’Il a payé pour nous, nous sommes sauvés et Lui appartenons ; il nous faut alors continuer à lui faire confiance en obéissant à sa Parole.

 

ST, le 1er août 2021

 

LE CHRÉTIEN ET LE MONDE

Celui ou celle qui croit en Jésus Christ et qui se repent de ses péchés, est assez rapidement confronté avec le monde qui l’entoure. Quelle relation va-t-il pouvoir continuer à entretenir avec ses amis et avec le système de conduite du monde qui l’entoure ?
La Parole de Dieu seule, et le travail du Saint Esprit en lui peuvent servir de base à sa conduite quotidienne.

I-    Ce que la Parole de Dieu déclare concernant les relations du croyant dans l’ancienne alliance avec le monde qui l’entoure (le régime de la loi de Moise régissant les relations du peuple de Dieu avec son Dieu)


La loi interdisait toute relation d’amitié avec le monde extérieur sauf si ces étrangers acceptaient la loi de Moise.

La Parole de Dieu nous rapporte toutefois quelques exemples de relations conduits par Dieu à l’époque de la déportation des Juifs en Babylonie : Daniel au service de Nebucadnetsar (livre de Daniel) et Daniel au service de Dairus le Mède (livre de Daniel chapitres 5 et 6). On trouve également Esdras, Néhémie et Esther avec la précision toutefois que la nation d’Israël avait été mise entre parenthèse par Dieu et que Dieu avait demandé à son peuple qu’il recherche la prospérité de la nation à laquelle il était esclave. (Cf. chacun de ces livres dans la Bible en s’aidant d’un guide pour les non-initiés aux textes bibliques).

II-    Depuis la venue de notre Seigneur Jésus et dans la nouvelle alliance

a)    Première épitre de Jean chapitre 2 verset 15 « N’aimez point le monde ni les choses qui sont dans le monde » : Veillons à garder toujours le contrôle de nos affections et de nos addictions qui ne doivent en aucun cas être en concurrence avec ce que nous devons à Dieu. Cet avertissement est le fondement d’une vie chrétienne normale.

b)    Première épitre de Pierre chapitre 3 verset 15 « Sanctifiez dans vos cœurs le Seigneur Jésus, étant toujours prêt à vous défendre avec douceur et respect devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » : il est demandé au chrétien de défendre sa foi en respectant notre prochain et en faisant preuve de douceur

c)    Epitre aux Philippiens chapitre 4 verset 5 « Que votre douceur soit connue de tous les hommes » :  il est recommandé d’honorer notre Seigneur en imitant son caractère en évitant notamment la colère vis-à-vis de ceux qui ne connaissent pas Dieu et ne vivent pas comme nous.
d)    Et pour conclure, l’apôtre Paul recommande ceci aux Corinthiens de la part de Dieu : première épitre aux Corinthiens chapitre 5 verset 9 « Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir de relations avec des impudiques, non pas de manière absolue avec les impudiques de ce monde…autrement, il vous faudrait sortir du monde. Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide ou idolâtre ou outrageux ou ivrogne ou ravisseur, n’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Pour ceux du dehors, Dieu les juge.

Otez le méchant du milieu de vous. » : ce dernier verset ne nous encourage pas à user de violence verbale entre chrétiens dès que quelque chose nous apparaît chez l’autre non conforme à la saine doctrine mais à veiller à ce que de mauvaises actions ne se répandent pas dans l’église. De plus, c’est aux anciens de l’église à traiter ces questions avec la sagesse que le Seigneur leur donne dans de telles circonstances. D’autres versets de la Parole encouragent par ailleurs le chrétien à ne pas juger son prochain mais ces versets s’appliquent à d’autres sujets. La différence peut paraître subtile mais doit être comprise dans le contexte dans lequel les versets délicats sont exprimés.

 

ST, le 6 juin 2021

LES HOMMES (OU FEMMES) PROVIDENTIELS DANS LA PAROLE DE DIEU

« Providentiel » signifie « réglé, voulu, provoqué par Dieu ». Bien que ce terme n’apparaisse pas dans la Bible, plusieurs serviteurs de Dieu répondent à cette définition :
Esaïe chapitre 45 verset 3 : « Ainsi parle l’Eternel à son oint, à Cyrus, qu’il tient par la main pour terrasser les nations devant lui, et pour relâcher les ceintures des rois, pour lui ouvrir des portes, afin qu’elles ne soient plus fermées […] a fin que tu saches que je suis l’Eternel qui t’appelle par ton nom »
Ce sont des hommes (des femmes) que Dieu a choisis pour une œuvre particulière dans l’objectif de faire avancer Ses projets. Répondent aussi à cette définition des individus (ou groupe d’individus) placés là où Dieu a besoin d’eux pour résoudre une situation.
Nous nous concentrerons sur ces hommes et ces femmes que Dieu a choisis pour faire avancer ses projets, afin qu’ils soient des exemples pour nous.

Ce peut être des hommes ou des femmes de prière, ou qui se sont mis à l’œuvre en conformité à la volonté de Dieu. Citons-en quelques uns à part Cyrus déjà cité en Esaïe chapitre 45.
•    Abraham (le père de tous les croyants) - Genèse chapitre 12 versets 1 à 9 ;
•    Isaac, Jacob - Genèse chapitre 25 ;
•    Joseph (qui a été utilisé par Dieu pour sauver son peuple de la famine) - Genèse chapitre 37 ;
•    David (l’homme selon le cœur de Dieu) - 1 Samuel chapitre 16.
Pensons aussi :
•    Au prophète Daniel qui par sa position auprès des souverains, a prié et annoncé le rétablissement d’Israël et la venue de notre Sauveur (livre de Daniel) ;
•    À tous les prophètes de l’Ancien Testament ;
•    Ainsi que ceux du Nouveau Testament, comme Zacharie, père de Jean-Baptiste, et Jean- Baptiste (qui ont préparé et annoncé la venue de Jésus);
•    Elisabeth;
•    Marie (qui a répondu à l’ange Gabriel en disant : « Je suis la servante du Seigneur » et mis au monde notre Seigneur sur cette terre);
•    Siméon et Anne (qui ont accueilli et béni l’enfant Jésus) - Evangile selon Luc chapitres 1 et 2.
Notre Seigneur Jésus a été par excellence l’Homme providentiel de Dieu, et les apôtres par leur obéissance ont contribué à l’accomplissement de Son plan.
Quelles conditions doit-on remplir pour être utiles à notre Dieu de cette façon ?

 

En conclusion, le chrétien qui veut être utile en toutes circonstances à son Dieu doit se préparer à cette éventualité d’être celui ou celle à qui le Seigneur peut confier une tâche particulière en lui consacrant du temps dans la prière pour rechercher sa volonté.

 

ST, 12 mai 2021

AVOIR OU NE PAS AVOIR LA FOI

Qui n’a pas entendu cette excuse en réponse à l’annonce de l’évangile : on a la foi ou on ne l’a pas. Ce qui signifie dans la bouche de l’incrédule : « Moi je ne l’ai pas ! »


Cette excuse est un moyen pour l’incrédule de se détourner des écrits bibliques qui, selon lui, sont uniquement pour ceux qui ont la foi. D’autres vous diront : « Moi je ne crois que ce que je vois ».


Est-ce bien raisonnable de se donner ces excuses pour s’éviter de creuser la question ? Après tout, l’être humain joue son éternité. La solution pour avoir bonne conscience et ne pas regretter plus tard son incrédulité, est de consulter les fondements de la foi.

Commençons par la lettre aux Hébreux chapitre 11 verset 6 : « Or sans la foi il est impossible de Lui être agréable (d’être agréable à DIEU) car il faut que celui qui s’approche de DIEU croie que DIEU existe ».

 

Ici nous entrons dans le débat : ai-je ou non la foi ?


Or, la foi n’est pas présentée dans la Bible comme une faculté innée mais comme un don qui s’acquiert.

L’épitre aux Romains chapitre 10 verset 17 affirme : « La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu ».


Quelqu’un a objecté : « mais tout le monde n’entend pas… »


Notre Seigneur n’est pas sans moyen pour faire entendre Sa Parole à ceux qui ne l’ont pas - au travers de la nature ou des circonstances.

Par ailleurs, le Christ dans l’évangile selon Luc au chapitre 8 versets 11 à 15 explique aux disciples la parabole de la semence semée sur la terre. La semence, c’est la Parole de Dieu. Il y a trois catégories d’hommes (et de femmes) qui entendent mais une seule la retient : celui ou celle qui la reçoit avec un cœur honnête et bon. Il n’est pas donné de définition précise de ce qu’est un cœur honnête et bon, mais on peut comprendre qu’il s’agit d’hommes ou de femmes désireux d’apprendre sans préjugés ; Dieu présente la démarche comme une démarche libre de chaque individu. Au verset 18 du même chapitre Jésus prévient : « Prenez garde à la manière dont vous écoutez » ou encore : « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende » (Évangile selon Matthieu chapitre 11 verset 15)


A la lumière de ce que nous venons de lire, les hommes et femmes ont-ils le choix de croire ou ne pas croire ? La réponse est encore dans la Bible.

Selon le livre des Actes chapitre 17 versets 30 et 31 « sans tenir compte des temps d’ignorance, Dieu annonce maintenant à tous êtres humains, partout où ils se trouvent, qu’ils doivent changer d’attitude, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde avec justice par l’homme qu’il a désigné… »


Les hommes et les femmes seront un jour jugés par Jésus Christ, et ce jugement portera sur les œuvres qu’ils auront produites. Or, le constat de Dieu est sans appel : Psaume 53 versets 3 et 4 « Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul. »


Notre Dieu place donc tous les êtres humains devant un choix : après leur avoir fait entendre la Parole de Dieu, il appartient aux hommes de la recevoir avec un cœur honnête et bon, c’est-à-dire sans faux-fuyant et en prenant au sérieux ce que Dieu leur déclare ; chaque homme (ou femme) est pécheur, ses œuvres, ses choix en témoignent : il doit donc se repentir pour recevoir la vie éternelle.

A défaut, Dieu devra condamner les incrédules à une éternité sans lui, dans leurs péchés. C’est donc un devoir de croire : tout homme et toute femme doit lire attentivement la Bible et s’il ou elle ne comprend pas que Dieu l’appelle à changer d’attitude en regrettant d’avoir vécu sans Dieu en faisant ce qui lui semblait bon, qu’il demande à Dieu par une prière toute simple à l’aider à découvrir la foi. Un juif qui demandait à Jésus une guérison de son enfant a supplié Jésus par ces mots : « Viens au secours de mon incrédulité (de mon manque de foi) ». Dieu répond toujours à cette prière (lire cette histoire dans l’évangile selon Marc chapitre 19 verset 24).

 

ST, 31 mars 2021

 

NOUVEAU : Instagram

Choississez votre canal PhareFM !

Magasin : 27 rue Dedieu, VILLEURBANNE
Notre QR code
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Eglise protestante évangélique de Caluire